Benoît Paradis

Born in 1979, Daniela Wayllace is a multidisciplinary artist. Her practice embraces animation, drawing and etching. Her work is diverse though thematically linked.
After her studies in painting and engraving at Universidad Mayor de San Andrés (UMSA) in Bolivia, Daniela finished her thesis (graduation work) “Art and the schizophrenia: a follow-up of schizophrenic patients” in the psychiatric unity at General Hospital in La Paz.
In 2007 she arrives in Belgium  to pursue an education in animation at ENSAV La Cambre in Brussels.
In her artistic career she participated in several exhibitions with the group “El tiempo del Guerrero Alado” and  individual exhibitions as well. It was during this time that she began working in CONADANZ (National Dance Company) and is aware of Ruben Machado for whom she works on paper puppets and sets for the animation film “Teco, el niño mojeño.”
It is thanks to this film and the film “Sueño la noche” by the artist Claribel Arandia Torrez (short film with film school in La Paz) that  she focuses on the world of cinema and particularly in the world of animation.
During her years of study at La Cambre, Daniela makes “The barking of debauchery” with Guiv Khonsari (2009) and “Supaya” with Nuno Alameda(2010). “Memento Mori” (2012) is her graduation film.
Parallel to this production, she made “Nyanga Zam” (2011)  and “Almamundo”, short documentary films.

Jean-Louis a étudié le mime à Paris auprès de Pinok & Matho, dans la lignée de Marcel Marceau.

Depuis 1995, il est Professeur de Formation Corporelle au Conservatoire Royal de Bruxelles.


Il a travaillé le spectacle de rue avec Le Cirque du Trottoir, en jeune public avec le Théâtre du Copeau, dans de longues tournées internationales avec le duo visuel humoristique Les Founambules et aujourd’hui avec deux créations en solo : « To see or not to see » et « Foto » (Belgique, France, Suisse, Italie, Espagne, Japon, Chine et Viet Nam).


Fasciné par l’univers de la musique, il a créé et joué une illustration gestuelle sur les « Variations Goldberg » de Bach, en compagnie de Triofénix (Shirly Laub, Karel Stijlaert, Tony Nijs) et sur « Harmonies » de Ligetti, entre les organistes Cindy Castillo et Yoann Tardivel.


Outre « Solace Project », ses chantiers actuels sont « Les Surexposés », dans l’univers de la photographie à l’ancienne avec Anne-Isabelle Justens, « Slakken mit Coccinelles » un délire visuel en compagnie de Isabelle De Hertogh et Anne-Charlotte Bisoux, et « Le mime de Jean-Sébastien Bach » en compagnie de l’organiste Jean Ferrard.

Pianiste, Premier Prix du Conservatoire Royal de Mons où il a travaillé avec Rosella Clini et Thomas Paule, il a très vite étendu son répertoire à la variété, redonnant des lettres de noblesse au piano bar avant de se consacrer au répertoire de tango nuevo, se spécialisant notamment dans le répertoire d'Astor Piazzola en intégrant le groupe Revirado avec lequel il donne de nombreux concerts partout en Belgique. 

Attiré par la composition, il assurera l'écriture de toutes les mélodies de deux tours de chant de Tristan Moreau (l'actuel   « Fred » dans Samson et Fred), produisant ainsi successivement les spectacles "Tristan l'Inconstant" et "Diamond Samar" qui ont fait les beaux soirs de la Samaritaine à Bruxelles. 

Benoît est également le compositeur des chansons du spectacle "C'est pas moi", joué par la comédienne Annyzabelle, mis en scène par Jean-Louis Danvoye, sur des textes de Maryse Burnet et Daniel Justens.


Benoît est professeur à l'Académie de Musique de Braine-l'Alleud depuis 2001.

Daniela Wayllace

Jean-Louis Danvoye